L’information est un produit

Voilà, c’est dit. Ça a déjà été dit dans le passé, et c’est un constat qui est de plus en plus vrai. L’information est un produit qui se vend par un média à des lecteurs, qui dans les faits sont eux-mêmes vendus par le média à des annonceurs.

Donc, logique commerciale oblige, plus une information suscite l’intérêt d’un auditoire, plus elle vaut cher, car elle augmente le taux de consultation du média. Conséquemment, ce média peut monnayer plus avantageusement l’espace publicitaire aux annonceurs.

Ce qui fait d’une information qu’elle est « vendeuse » ou non, c’est souvent sa teneur en émotions fortes. Dans le milieu, on parle souvent des trois S : sexe, sang et sport.  Ainsi, les nouvelles sportives, de par la ferveur qu’elles soulèvent, les potins mondains, les variétés de même que les faits divers de par la curiosité et le côté voyeur qu’ils satisfassent, sont les sujets par excellence pour attirer l’attention d’une grande partie de la population.

Parfois, l’information la plus susceptible d’attirer l’attention des consommateurs est également la plus importante dans l’actualité, par exemple les scandales politiques. Ça, c’est TRÈS payant.

Un autre type d’information-produit rentable est l’information spécialisée, que l’on retrouve dans des médias dédiés exclusivement à un groupe d’individus précis. Ce qui est intéressant des médias spécialisés est qu’ils sont activement recherchés par leurs consommateurs, contrairement aux médias généralistes qui doivent plutôt vendre, justement, leur contenu au public. C’est pour cette raison que les médias spécialisés ont moins besoin d’annonceurs; les consommateurs se procurent et sont prêts à payer pour accéder aux contenus.

Dans tous les cas, la notion d’information-produit, soumise à la logique mentionnée plus haut, entraîne une série de choix pour les dirigeants des médias. Si en théorie, les médias d’information ont pour mission de traiter de l’actualité en fonction de l’intérêt public des nouvelles, ils sont néanmoins soumis à des contraintes économiques et donc, de devoir promouvoir des contenus plus vendeurs au détriment d’informations plus substantielles, mais à priori moins alléchantes.

Car l’économie est l’enjeu sur lequel les médias doivent le plus souvent se battre. C’est l’éternel combat entre la survie et l’idéalisme…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s