Liberté de presse: un souhait pour Noël

2016 tire à sa fin. Dure année pour la liberté de presse, une fois de plus.

Ici, on se souviendra de 2016 surtout pour le scandale des journalistes – l’affaire « Patrick Lagacé »–  ayant fait l’objet d’une surveillance indirecte par divers corps policiers. On a étudié leur liste d’appels téléphoniques. On se souviendra aussi de 2016 pour la saisie de l’ordinateur portable de Michael Nguyen.

Une leçon peut être tirée de ces histoires: notre liberté de presse, ici au Canada, nous semble acquise, mais elle est très fragile. Rappelons-nous également qu’ailleurs, elle est encore inexistante.

La semaine dernière, on apprenait le décès du journaliste algérien Mohamed Tamalt, détenu depuis juillet pour « offense aux institutions et au président . Il est mort dans des conditions floues, après une grève de la faim et trois mois de coma », peut-on lire sur Le Monde.

Le Comité de protection des journalistes rapportait qu’au moins 257 journalistes sont sous verrous dans le monde, le plus grand nombre en vingt ans selon l’organisme. Reporters sans Frontières calcule plutôt qu’au moins 348 journalistes sont privés de leur liberté. La part du lion se trouve en Turquie, avec près du tiers des reporters incarcérés.

After Turkey, the biggest jailers of journalists were China, where at least 38 had been incarcerated as of Dec. 1; Egypt, with 25; Eritrea, with 16; and Ethiopia, with 14.

La liste de journalistes emprisonnés, recensés par Reporters Sans Frontières, donne froid dans le dos. Ailleurs dans le monde, on utilise des prétextes futiles pour empêcher l’information de circuler. On considère les journalistes comme des empêcheurs de tourner en rond. Et pourtant, ils veillent au grain.

Aujourd’hui, j’ai une pensée pour tous ces journalistes qui meurent ou qui sont emprisonnés au nom de ce principe fondamental à toute démocratie.

Aujourd’hui, j’utilise l’immense privilège de cette tribune pour vous en présenter quelques-uns, en rafale:

  • Khoudaïberdy Allachov, correspondant du service turkmène de Radio Free Europe / Radio Liberty (RFE/RL), arrêté et détenu depuis début décembre pour possession de tabac;
  • Faisal Hayyat, journaliste détenu pour un tweet sur la religion;
  • Nguyen Ngoc Nhu Quynh, blogueuse arrêtée pour « propagande anti-gouvernementale »;
  • « Le journaliste tchétchène Jalaoudi Guériev, condamné à trois ans de prison, sous prétexte de “détention de drogue »;
  • Narges Mohammad, journaliste et militante des droits humains iranienne condamnée à 10 ans de prison;
  • Raif Badawi, bien sûr, blogueur saoudien emprisonné et condamné à 1000 coups de fouet pour avoir émis une opinion;
  • Gao Yu; journaliste chinoise  déclarée coupable par un tribunal de Pékin de « divulgation de secrets d’État »;
  • Nahed Hattar; journaliste jordanien poursuivi en justice pour « insulte à la religion » et « incitation à la discorde confessionnelle » et assassiné devant le tribunal plus tôt cette année;
  • Cyril Almeida, rédacteur en chef adjoint du journal Dawn, prisonnier malgré lui du Pakistan, qu’il ne peut plus quitter;
  • Santosh Yadav, journaliste indien détenu et frappé pour avoir protesté pacifiquement.

Cette liste pourrait s’allonger encore et encore. Un jour peut-être, elle n’existera plus. Je le souhaite.

À moins d’une nouvelle média extraordinaire, ce blogue fera relâche pour la période des Fêtes.

À vous qui me lisez, que ce soit la première ou la dixième fois, un immense merci. Paix, santé, mais surtout liberté, pour la prochaine année.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s