Marginaux et médias

L’un des premiers apprentissages qui nous est offert, lorsqu’on étudie la communication publique est la théorie de l’agenda (agenda setting). Selon cette théorie, les médias de masse ne disent pas aux publics quoi penser, mais bien à quoi penser.

Cela est fort bien démontré par onze auteurs réunis dans le recueil (In)visibilités médiatiques, lancé samedi dernier, à Montréal. Collectif chapeauté par la revue L’Esprit libre, le bouquin traite de la place de la diversité des points de vue et des minorités ou thématiques oubliées dans le discours dominant des médias.

Mais l’importance accordée par les médias à certaines thématiques, privilégiant certaines au détriment d’autres, est-elle la voie unique de l’information?

Au cours des quelque 200 pages du recueil, on traite d’enjeux environnementaux, de démocratisation de l’information, de la place occupée par la communauté LGBTQ, des minorités culturelles, des classes sociales, et du féminisme, entre autres. Si parfois on s’éloigne de la prémisse du collectif, on y trouve quand même matière à réflexion.

Ce qui en ressort, c’est qu’à force de toujours traiter des mêmes sujets dans des angles contigus, on finit par provoquer une certaine image socialement acceptable d’une réalité que l’on n’approfondit plus, par paresse ou par méconnaissance, plutôt que d’en détailler toutes les facettes pour le bénéfice de la connaissance générale.

Entre autres passages pertinents, citons Rémi Toupin, qui ramène la notion de 4e Pouvoir comme rôle fondamental de la presse, mais aussi comme principal défi des médias. « Cette approche se traduit surtout par une volonté d’amener une réflexion critique des enjeux sociaux, politiques, économiques ou scientifiques. »

« Plutôt que de proposer une diversité de sujets et de points de vue alternatifs, la couverture médiatique proposée est tournée vers la confortation et l’apolitisation du discours social en général », poursuit-il.

Plus tard, Lise Millette affirme que « la non-couverture de certains thèmes (principalement pour mieux se vendre, écrira-t-elle plus tard) par les médias de masse n’est qu’une menace au droit du public à l’information. »

Pour sa part, Judith Lussier blâme les médias de masse pour s’approprier la réalité de l’Autre à travers leur propre regard plutôt que de présenter son point de vue, le tout pour se donner bonne conscience lorsque la question des minorités est abordée. À travers l’exemple de la présentation « hétéronormative » des personnes transgenres, elle rappelle le réflexe confortable de « renforcer l’image rassurante d’une société québécoise progressiste, présentée comme étant ouverte à la diversité… »

Enfin, Pascale St-Onge rappelle que « l’information a perdu une grande part de sa valeur commerciale et, jusqu’à aujourd’hui, ni les gouvernements, ni les annonceurs, ni le public ne semblent massivement disposés à préserver leurs organes de presse. »

« On ne peut imposer à un seul média (…) le fardeau de représenter toutes les réalités, tous les points de vue et toutes les opinions inimaginables », ajoute-t-elle, c’est pourquoi il importe de maintenir une diversité de médias et d’œuvrer à leur permettre de survivre. Car sans tribune, les voix ne sont pas entendues.

Je l’ai souvent mentionné sur ce blogue: il est plus que sain, comme journaliste et comme médias, de se remettre en question et d’être critiqués. (In)visibilités médiatiques n’apporte peut-être pas de solutions à tous les maux du journalisme, mais il plaide pour une information plus vaste et plus riche. On ne peut que saluer la bonne intention derrière l’initiative.

Publicités

Une réflexion sur “Marginaux et médias

  1. Violette dit :

    L’Esprit libre est un jeune média indépendant qui semble offrir régulièrement des articles de fond sur des thématiques peu abordée dans les médias en général. Ils ont beaucoup à offrir. Ils font pas juste de l’information, mais de l’éducation populaire, aussi, avec leurs soirées de réflexion. Pour être collaboratrice, je sais qu’ils seront contents de voir votre billet sur leur dernier recueil. Merci.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s