Un autre point de vue: coup d’oeil sur le journalisme citoyen

Depuis quelques jours, cette vidéo d’un conseil municipal à Saint-Bruno-de-Montarville fait énormément de bruit. * La capsule d’une quinzaine de minutes est le fruit du travail de 99% Media, un portail de journalisme citoyen.

Il existe plusieurs distinctions entre le journalisme citoyen et le journalisme traditionnel  tel qu’on le connaît actuellement. Le terme « journaliste professionnel » sera utilisé pour bien le distinguer du journaliste citoyen dans le cadre de ce billet.

La plus évidente est le statut du journaliste, qui bien que peu défini ici au Québec, est premièrement caractérisé par une formation ou une rémunération, à la pige ou régulière. On s’attend donc des journalistes professionnels qu’ils appliquent une éthique de travail impeccable, qu’ils respectent un certain code de déontologie et qu’ils présentent, comme il a déjà  été mentionné, des informations justes, vérifiées et véridiques.

Ce qui caractérise le journaliste citoyen, c’est plutôt le fait que le consommateur d’information devient lui-même producteur de contenu. Il témoigne souvent de ce qui échappe au journaliste professionnel. Il peut s’agir de diffuser une vidéo prise spontanément alors qu’on assiste à l’arrestation en pleine rue (l’exemple désormais célèbre de Matricule 728 illustre assez bien le phénomène) comme d’une enquête plus poussée ou encore de rapporter certains faits ou événements.

La vidéo de Saint-Bruno est intéressante car elle permet d’aborder différemment un sujet souvent traité par les médias locaux (la tension entre le parti au pouvoir et l’opposition, mais aussi le mouvement citoyen qui dénonce la mairie). En effet, étant donné l’importance de la Ville à la fois comme annonceur et comme source d’information, il est difficile pour les petits médias locaux de se frotter à un sujet aussi épineux sans prendre le risque de se brouiller avec elle.

En n’étant pas affilié à un média institutionnalisé en tant qu’employé ou pigiste, le journaliste citoyen n’est pas soumis à une ligne éditoriale. Il a l’objectivité entière et totale, mais aussi le droit d’être subjectif. Plus souvent qu’autrement, le journaliste citoyen prône un accès gratuit à l’information et se veut un diffuseur engagé, contrairement au journaliste professionnel qui ne peut avoir de parti pris. (Je reviendrai sur la prétendue impartialité/objectivité journalistique dans un prochain billet, c’est promis.)

Dans l’exemple du conseil municipal de Saint-Bruno, on remarque des entrevues avec une conseillère de l’opposition et un citoyen, mais mis à part les extraits d’une assemblée populaire, aucun commentaire du parti municipal au pouvoir. Un journaliste « professionnel » aurait été dans l’obligation de fournir un droit de réplique au maire (qu’on retrouve ici), car il est tenu de montrer tous les points de vue d’une situation. Advenant le refus de l’élu de se prévaloir de son droit de réplique, le journaliste n’aurait qu’à indiquer que la demande d’entrevue aurait été déclinée, confirmant qu’elle a bel et bien été formulée.

Loin de moi l’idée de diminuer le statut et l’importance des journalistes citoyens par rapport aux professionnels. Au contraire, même s’il ne dispose pas toujours d’autant de moyens que le journaliste professionnel ou qu’il ne bénéficie pas du soutien d’une entreprise de presse, le journaliste citoyen contribue énormément à la démocratisation de l’information et à un nouveau positionnement des médias et des frontières qui les animent. D’ailleurs, les informations transmises par des journalistes citoyens sont de plus en plus reprises par les médias traditionnels, qui utilisent leurs moyens, beaucoup plus grands généralement, pour approfondir les dossiers.

Le journaliste citoyen a aussi l’avantage de traiter de sujets trop souvent délaissés par les grandes entreprises de presse par souci financier, manque de temps, etc.

Somme toute, en posant un nouveau regard sur l’information, le journaliste citoyen peut aller au-delà des frontières imposées aux journalistes professionnels, qui sont souvent dépendants d’un engrenage institutionnel bien rodé.

*Ayant été journaliste pour un hebdomadaire local de Saint-Bruno et donc, ayant collaboré tant avec les autorités municipales, le parti d’opposition que les citoyens de cette municipalité, je m’abstiendrai de commenter le contenu du vidéo. Je précise également ici que j’ai déjà assisté à genre de démonstration en direct.

Publicités

Une réflexion sur “Un autre point de vue: coup d’oeil sur le journalisme citoyen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s