La liberté d’expression face aux censures de demain

Bien qu’on pense que celle-ci se manifeste dans des pays où la démocratie est plus fragile, la censure se manifeste sur plusieurs formes et ce, de façon pernicieuse. Les Assises du journalisme à Tours* se sont penchées sur la question dans le cadre d’un débat.

Reporters sans frontières donne plusieurs visages à la censure, qui commence par le journaliste qui s’empêche lui-même de diffuser une information par crainte de représailles. Viennent ensuite l’intimidation, le retrait d’un contenu ou le licenciement du journaliste par son employeur, l’acquisition des plateformes par des intérêts privés dans le but de contrôler le message, l’affaiblissement des médias par des recours juridiques tels des poursuites-bâillons, l’emprisonnement puis l’assassinat de journalistes.

La crainte d’être censuré et de subir des représailles pousse de moins en moins de personnes à devenir journalistes, déplore Gulsun Guvenli, enseignante en journalisme en Turquie. Elle rappelle que plus de 150 journalistes sont emprisonnés dans son pays, qui a fermé au fil du temps 158 chaînes de télévision, 29 maisons d’éditions et plus de 60 médias imprimés, entre autres.

De son côté, la Maison des journalistes a accueilli plus de 370 reporters issus d’une soixantaine de pays différents depuis son ouverture à Paris, en 2002. L’organisme se charge d’accueillir et d’orienter ces réfugiés forcés à l’exil par les forces politiques de leur pays d’origine. Seuls deux y sont retournés et ont pu reprendre leur emploi, a indiqué la directrice Darline Cothière.

Difficile à prouver, difficile à combattre

La censure est parfois difficile à prouver, indique Nicolas Vescovacci, journaliste indépendant et membre du collectif « Informer n’est pas un délit ». Lui-même a vu son documentaire retiré de la grille horaire après qu’un des individus ciblés par son travail ait passé un simple appel au patron de la station sur les ondes de laquelle la diffusion était prévue. « C’est difficile à prouver d’autant plus que la censure n’est pas définie juridiquement », allègue-t-il. Ce faisant, aucune conséquence légale n’encadre la censure.

Celle-ci se manifeste également dans la transparence, ou plutôt l’opacité manifestée par les institutions. « Il est de plus en plus difficile d’obtenir de l’information de la part des entreprises et des organisations, qui sont mieux préparées que jamais à faire face au travail d’enquête des journalistes », souligne Vescovacci.

Par ailleurs, au lendemain de l’élection présidentielle américaine, on ne peut plus nier que certains détracteurs des médias se cachent derrière le principe de liberté d’expression pour lutter contre les journalistes qui leur déplaisent, note Christophe Deloire, directeur général de Reporters sans Frontières. Il note aussi des tentatives de criminaliser l’enquête journalistique comme manière d’empêcher des scandales de voir le jour. « Un jour, les ennemis de la presse passeront par la loi pour que la liberté d’expression prime sur la liberté de presse, qui découle pourtant de celle-ci », a-t-il averti, ajoutant qu’il reste de moins en moins d’alliés à la cause.

Comment donc contrer cette censure? Ne dispose-t-on pas de plus de moyens que jamais pour faire circuler l’information?

Ce constat peut expliquer une partie du problème. Si les Google, Facebook et Yahoo de ce monde permettent la distribution quasi-illimitée des contenus, ils sont loin d’être des alliés dans la lutte à la censure, a prévenu Okhin, artisan du site la Quadrature du Net, une association de défense des droits et libertés citoyennes sur Internet. « Ces gens-là, leur rôle n’est pas de favoriser la libre circulation de l’information, c’est la monétisation des données personnelles qui y sont rattachées. »

Selon le citoyen, la lutte à la censure ne peut se remporter que collectivement, au terme d’une prise de conscience, parce que la liberté de la presse est l’affaire de tous.

* Ce voyage a été réalisé grâce à une aide financière de Les Offices jeunesse internationaux du Québec.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s