Quand distinguer le vrai du faux créé le buzz

On apprenait récemment que le volet canadien du site BuzzFeed mettait un terme à son aventure sur la Colline parlementaire. Cependant, j’ai appris ici que le pendant canadien de la plateforme, via son éditeur Craig Silverman, développait une nouvelle niche: démentir les fausses nouvelles, un phénomène dont on semble avoir perdu le contrôle sur les médias sociaux.

Bien qu’actuellement à l’étape de « projet-pilote », a-t-on indiqué à First Draft, BuzzFeed emploiera une partie de ses ressources pour prouver que certaines informations rapportées sont fausses, sources à l’appui. Déjà, certaines pages montrent que cela peut être fait de façon ludique, à la sauce BuzzFeed.

Compte tenu du potentiel viral de la plupart des contenus de la plateforme, on espère créer un contrepoids suffisamment fort pour permettre à ces démentis de circuler aussi rapidement que les faussetés qu’ils tentent de corriger.

Nombreux ont été ceux à faire de nombreux reproches à BuzzFeed. Mais force est d’admettre que maintenant, le média met sa « machine » et son potentiel d’attraction à contribution pour contrer la désinformation, et c’est tout à son honneur, surtout parce qu’il se créé une niche le distinguant des autres et ce, sans tomber dans le contenu-poubelle ou ce qu’on appelle aussi le click-bait.

Cette nouvelle manière de faire du journalisme est rafraîchissante. Car oui, remettre les pendules à l’heure est une autre façon d’informer. En journalisme, corriger une fausse information est aussi important que d’en diffuser une vraie. Voir L’Inspecteur viral.

BuzzFeed, qui s’est fait connaître avec du contenu dont la pertinence laissait parfois à désirer, décide d’utiliser sa notoriété pour rétablir les faits. Une bonne chose compte tenu que bon nombre d’Internautes qui verront circuler la fausse information n’auront pas le réflexe d’aller vérifier eux-mêmes de sa véracité.

Contrairement à ce que le fondateur d’un faux site de nouvelles avance, je ne crois pas que les canulars soient utiles en faisant comprendre aux gens qu’ils ont été manipulés. Après tout, une majorité de contenus en ligne sont partagés sans que ceux qui ne les relaient n’aient lu plus loin que le grand titre. Ce qu’on en retire, c’est l’accentuation du cynisme envers les médias et une perte de crédibilité de ceux-ci en général.

Une suggestion qui serait tombée à point pour BuzzFeed, plus tôt cette semaine: le média aurait pu démentir la vague concernant le virage payant Facebook, alors que des milliers de personnes se sont fait prendre et ont publié un statut sur leur page afin de se « protéger ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s