Médias en mutation: comment freiner la crise?

J’ai assisté hier (le 27 septembre), à l’Université Concordia, à une conférence organisée par la Fondation pour le journalisme canadien et portant sur l’avenir des médias. Animée par le journaliste de Radio-Canada Gérald Fillion, Une constante mutation: quelles seront les prochaines étapes pour les médias? a permis des échanges très intéressants entre les cinq panélistes invités à se prononcer sur les causes de la crise des médias et sur de potentielles solutions pour freiner celle-ci. Résumé.

Au Canada, depuis 2010, le tiers des médias a disparu, a rappelé d’emblée l’animateur. Le modèle d’affaires actuel de plusieurs médias ne leur permet plus d’être viables, a-t-il aussi indiqué, alors que les revenus publicitaires les désertent au profit d’Internet et des plateformes numériques, les médias sociaux tels que Google et Facebook. Ajoutons à cela une crise de confiance du public envers les institutions démocratiques, médias inclus: la recette est là pour accentuer l’hécatombe.

Or, l’exode des revenus vers Facebook et Google seraient davantage un symptôme de la crise qu’une de ses causes, nuance Colette Brin, professeure titulaire du Département d’information et de communication de l’Université Laval et directrice du Centre d’étude sur les médias. L’information fait face à un double problème, précise-t-elle, un problème de financement et un problème de crédibilité. Le numérique est l’un des marchés où les gens sont les moins disposés à payer pour le contenu qu’ils consomment parce que la gratuité y est étendue. Ces géants du Web sont, de par leur présence incontournable sur la Toile, des partenaires obligés des médias traditionnels, dit-elle.

Vice-président principal de Radio-Canada, Michel Bissonnette abonde en ce sens. Environ 25% des visites des plateformes de Radio-Canada proviennent de Google, et tout autant de Facebook, estime-t-il. « Si on ne nourrit pas la bête, on se priverait de cet achalandage » relève-t-il.

Le nouveau propriétaire du Voir et de l’Actualité, Alexandre Taillefer, qualifie la situation d’alarmante. « Nous sommes des junkies par rapport à Facebook et Google. La seule façon de corriger le tir, c’est par un sevrage », prône-t-il. À ses yeux,  le refus d’Ottawa de taxer Netflix et compagnie envoie un message clair que l’équité n’existe pas.

Selon lui, le déplacement des audiences vers le numérique n’a pas diminué le nombre de consommateurs de l’information. Il souligne toutefois que les relations entre les média et leurs publics ne sont pas toutes égales, c’est pourquoi il faut plutôt monétiser les audiences au lieu de dépendre d’annonceurs.

Guy Crevier, éditeur de La Presse +, croit pour sa part que le problème réside dans le fait que plusieurs médias n’ont tout simplement pas les moyens de financer leur transition vers des plateformes plus performantes et attirantes pour les annonceurs. « Ce qui étonne, c’est que malgré l’apport historique considérable et de qualité des médias à la démocratie, ceux-ci sont encore incapables d’obtenir l’attention du gouvernement pour se financer », a-t-il déploré.

Le directeur du Devoir, Brian Myles, est d’avis que l’État doit intervenir pour soutenir les médias, essentiels à la démocratie. Il s’agit aussi de la question de la diversité des voix. Tout en dénonçant le « manque d’appétit » de Patrimoine Canada pour régler le problème, il déplore que le gouvernement ait diminué ses investissements publicitaires du trois quarts dans les médias imprimés, pour les tripler ensuite dans le numérique.Il souligne toutefois l’effort du ministre de la Culture du Québec Luc Fortin, qui est le premier à reconnaître l’importance des médias en mettant une (modeste) somme disponible pour certains projets.

D’un autre côté, affirme Colette Brin, on ne peut pas récompenser une industrie qui ne se réinvente pas. L’argent hypothétiquement issu d’une quelconque taxation des géants du Web devrait servir à améliorer la couverture journalistique des communautés mal desservies, une recommandation parmi plusieurs à figurer dans le rapport Le miroir éclaté, auquel elle a collaboré.

Myles ajoute que l’industrie de la publicité a un examen de conscience à faire par rapport au placement des publicités. Certes, la clientèle souhaite aller vers le numérique, mais faut-il pénaliser les entreprises d’ici? À ce sujet, une suggestion du public à l’effet de créer un type de placement publicitaire local – un peu dans la lignée des placements financiers écoresponsables et socioresponsables – a été lancée.

Michel Bissonnette croit que l’union fera la force. Il perçoit le rôle de la société d’État – qui flirte avec la possibilité d’abandonner la publicité – comme étant un partenaire des médias privés, afin d’offrir des contenus complémentaires, mais de grande qualité.

« On a besoin de s’aider entre nous, pour qu’on passe tous à travers », a-t-il lancé en fin d’entretien. Les autres panélistes ont approuvé. Il y aura du pain sur la planche pour les acteurs de l’industrie, qui devront se concerter et se faire, à nouveau, entendre d’une seule voix pour assurer leur avenir.

Comme je l’ai mentionné plus tôt, ce fut une soirée d’échanges des plus pertinents et bien ancré dans l’actualité – la ministre Joly dépose incessamment sa politique culturelle, qui doivent être déçus d’être écartés.

Un seul bémol: je remarque de plus en plus que lorsqu’on aborde la question de l’avenir des médias, on s’attarde beaucoup au contenant, et un peu moins au contenu. Une information de qualité a été abordée brièvement au cours de la soirée. L’Eldorado du numérique figure parmi les préoccupations les plus importantes des patrons de presse, mais même si une aide est fournie pour financer la transition vers le numérique, encore faut-il que les moyens demeurent pour embaucher ou pour maintenir en poste, à tout le moins, des journalistes.

Un véhicule somptueux, à la fine pointe de la technologie, et attirant pour des annonceurs, ne vaudra rien sans un contenu riche et de qualité. Contenu qui, faut-il le rappeler, demeure notre raison d’être…

Une initiative en éducation aux médias

En introduction à la soirée, Michel Cormier, directeur général de l’information à Radio-Canada et membre du conseil d’administration de la Fondation, a annoncé un partenariat entre celle-ci et l’organisme CIVIX pour la mise sur pied d’un programme d’éducation aux médias: Actufuté.

On profitera de Vote étudiant, pour rencontrer des étudiants dans les établissements post secondaires afin de les outiller pour faire la distinction entre les vraies et les fausses nouvelles.

En tout, 1,5 million d’élèves canadiens du primaire à l’université seront rencontrés dans le cadre de ce programme financé à hauteur d’un demi million de dollars par nul autre que… Google.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s